Le Père de nos pères : quatrième partie

  •  
  • 98
  • 2
  • 1
  • French 
Apr 24, 2019 17:31
J’ai presque fini ce livre. C’est un bon livre, peut-être j’écrirai Werber sur facebook pour dire que je l’admire. Ses livres ne sont pas connus chez nous, mais ils sont très connus chez les coréens.
Le livre est bon parce que c’est facile à lire, et je m’ennuie jamais.
L’ancêtre de l’humain modern est en faite... le cochon. Ça explique pourquoi c’est possible à utiliser les organes du cochon dan le corps humain s’il y en a besoin, alors que ça march pas si on utilise les organes du chimpanzé.
Il y a beaucoup d’information sur le cochon dans ce livre. C’est un animal intelligent, social, sympa. “Plus loyal que le chien” apparement. Ce n’est pas bon que nous les torturer dans les elevages industriels. Ces elevages sont bien décrits dans le livre. J’ai écouté un interview avec Werber, il disait que si tu travailles dans un abattoir, il faut devenir de plus en plus sadist pour faire le travail. Ou il faut boire beaucoup. Un peu comme si tu est un garde dans un camp de concentration, j’imagine.
Dan le livre il y a un homme qui travaille dans la charcuterie. C’est lui qui a tué le professeur qui a fait la découverte étonnant sur le chaînon manquant, pour le taire.
Il avoue ses crimes à Katzenberg et Nemrod. C’est un petit peu marrant, parce que il parle de la charcuterie qu’il aime, il dit quelque chose comme “ les rillettes... mmm...succulent”.
Je suis complètement d’accord, la charcuterie française est très savoureuse. La cuisine française est mieux que la cuisine anglaise, il faut l’avouer.
Il y a une scène au début du livre où les journalists mercenaires boivent et mangent de la charcuterie très savoureuse avec de la choucroute légèrement acide.
Moi j’aime aussi la choucroute, je la fais moi-même à la maison.
Werber critique les journalists qui n’écrivent que des conneries complètement débils. Mais Nemrod n’est pas comme ça, elle cherche la vérité.
Maintenant j’ai envie à lire les autres livres de Werber.